Retour aux actualités

02-02-2022 Programme CORRIBIOR : Des suivis faunistiques pour évaluer la qualité du milieu agricole

Programme CORRIBIOR : Des suivis faunistiques pour évaluer la qualité du milieu agricole

Le programme Corribior (des corridors pour la Biodiversité) ainsi que le travail avec M. Rivière à Virac entrent dans leur 7ème années. Lo Biais al Maset, véritable ferme pédagogique dont l'action de sensibilisation aux pratiques et aux aménagements en faveur de la biodiversité en milieu agricole est au cœur de ce projet, se veut également un support de transmission mais aussi d'essais, d'expériences, et de démonstrations.

La mise en place de nombreuses structures agro-paysagères (haies, mares, muret en pierre sèche, jachère environnement faune sauvage, jachère mellifère, ...) et de pratiques respectueuses du sol, s'accompagne de suivis faunistiques afin de mettre en lumière de façon pédagogique leurs impacts sur la biodiversité.
Zoom sur deux d'entre eux...

Le Suivi des abeilles solitaires

Basé sur l'Observatoire Agricole de la Biodiversité, il consiste en la pose de tube en pvc contenant une 30aine de tubes en carton qui peuvent être colonisé par des abeilles. 5 nichoirs ont été posés au printemps 2021 : 2 le long de haies, 1 sur une prairie permanente, 1 sur une parcelle en jachère et 1 sur la parcelle en agroforesterie. L'obturation des tubes en fonction du type de matériaux utilisés permet d'identifier une espèce ou un groupe d'espèce. Pour cette saison, la part des loges fermées variait entre 0 à 50% et étaient comblées avec 4 matériaux différents :

undefined

- La terre/boue, qui peut notamment être le résultat de l'action des Osmia.
- le coton, qui pourrait, entre autres, être l'oeuvre de l'Anthidie ou « abeille cotonnière ».
- les feuilles mâchées, qui peuvent être dus à des Mégachiles ou « abeilles coupeuses de feuilles » ou à des Osmia.
- les herbes/tiges, qui sont potentiellement liées à la présence d'Isodonte mexicaine.

Principalement à but pédagogique, ces nichoirs permettent de mettre en évidence la grande diversité des pollinisateurs et l'intérêt des structures agro-paysagères. Ce suivi sera renouvelé sur plusieurs années.

Le suivi avifaune

Le principe de ce suivi repose sur des points d'observation répartis sur le ferme. Tous les oiseaux vus ou entendus sont relevés. Depuis 2017, date du premier comptage, 39 espèces différentes ont été contactées. Il s'agit principalement d'espèces communes des espaces ouverts ou semi-ouverts avec toutefois quelques espèces remarquables tels que le Circaète Jean-le-blanc (Circaetus gallicus), l'alouette des champs (Alauda arvensis), la tourterelle des bois (Streptopelia turtur) ou encore l'Elanion blanc (Elanus caeruleus) qui fait son grand retour.

Ces suivis seront également poursuivis dans les années à venir.

undefined

Partager l'actualité