Retour aux actualités

15-07-2019 Détection de cas de maladie de Carré dans des départements frontaliers de la Suisse.

Détection de cas de maladie de Carré dans des départements frontaliers de la Suisse.

Info du reseau SAGIR :  Détection de cas de maladie de Carré dans des départements frontaliers de la Suisse et l'Italie

La maladie de Carré vient d'être mise en évidence successivement dans 2 départements sur plusieurs renards et sur un blaireau.

La maladie a été détectée dans un département suite à l'observation de signes cliniques évocateurs sur un renard mâle adulte (bave blanche, boiterie, absence de fuite, semblait aveugle-conjonctivite bilatérale suppurée, troubles cutanés).

Dans le second département, la maladie a été détectée suite à l'observation d'une mortalité de 4 renards à quelques jours d'intervalle sur la même commune (2 cas espacés de 100 m et les autres cas à 2-3 kms). Les renards autopsiés ne présentaient pas de lésions particulières à l'autopsie mais les 2 renards ayant fait l'objet d'une analyse étaient fortement positifs à la maladie de Carré (PCR).

La maladie de Carré est une maladie virale affectant les canidés, les mustélidés, les ratons-laveurs, et possiblement les marmottes et les félidés sauvages. Ce n'est pas une zoonose (maladie commune homme/faune sauvage).

Les signes cliniques observés en Suisse chez le renard  sont : absence de peur de l'homme, comportement anormal, désorientation et détresse respiratoire.

Pour l'instant la maladie ne touche que les départements limitrophes de Suisse et d'Italie, des recommandations particulières ont été adressées aux interlocuteurs SAGIR et aux laboratoires de ces départements.

Le risque que la maladie se développe en dehors de ces départements est pour l'instant faible, il n'y a donc pas de mesures de surveillance particulières sur le reste du territoire.

Les signes cliniques suivants doivent cependant attirer votre attention  :

-une mortalité anormale d'espèces sensibles (canidés, mustélidés, notamment)

- et/ou des troubles nerveux (chez canidés, mustélidés, procyonidés, félidés sauvages) : contractions involontaires des muscles, paralysie, convulsions avec salivation et mouvements masticatoires, pédalage.

- et/ou troubles oculaires (animaux « aveugles », écoulement oculaire ou nasal purulent)

- et/ou épaississement de la truffe ou des coussinets

Ce message est l'occasion de rappeler également de veiller à ce que la vaccination des chiens susceptibles d'être en contact avec de la faune sauvage soit à jour (chien de chasse, de déterrage, de troupeau ou de berger en particulier).

Partager l'actualité