Retour aux actualités

21-10-2021 Connaissez-vous les habitants des mares ?

Connaissez-vous les habitants des mares ?
chasse à l'arc 

Les mares sont des zones humides essentielles pour la biodiversité. Outre leur utilité pour l'abreuvement des animaux, certaines espèces en sont entièrement dépendantes pour leur survie, notamment quand une étape importante de leur cycle de vie s'y déroule!

Le triton marbré, amphibien à queue, haut en couleurs, se retrouve dans les mares uniquement d'avril à mai lors de la reproduction. Il préfèrera les mares végétalisées pour y fixer ses pontes et se cacher des prédateurs.

L'alyte accoucheur lui, petit crapaud surprenant dont le mâle porte les œufs fécondés directement sur son dos, n'utilisera la mare qu'au moment de l'éclosion où il les y déposera, contrairement aux autres amphibiens de notre région dont les œufs sont sous l'eau depuis la ponte jusqu'à l'éclosion.

Les carex ou laîches sont un groupe de plantes herbacées et vivaces de la famille des Cyperacae dont beaucoup d'espèces sont inféodées aux milieux humides. On peut les retrouver près des mares, plus ou moins le pied dans l'eau ou bien à leur abord, appréciant l'humidité ambiante.

La libellule déprimée très commune, bleue chez le mâle adulte et brun –jaune chez la femelle, affectionne particulièrement les mares. Cette espèce est dite « pionnière » : elle apprécie et colonise les milieux récemment formés ou perturbés où peu d'espèces peuvent se développer. Ses larves, aquatiques, auront besoin de la mare pour vivre jusqu'à ce qu'elles sortent de l'eau et déploient leurs ailes pour devenir adultes.

Autant d'espèces qui fréquentent nos mares, dont vous ne soupçonniez peut-être pas l'existence !

Parmi les 65 mares diagnostiquées dans le Tarn-et-Garonne, ces espèces ont été peu observées compte-tenu de l'état de dégradation des milieux sélectionnés : les carex n'étaient présents que sur 25% des mares, la libellule déprimée sur 15% des mares et le triton marbré et l'alyte accoucheur dans moins de 10%. Les travaux réalisés permettront certainement à ces espèces de trouver à nouveau des conditions favorables à leur présence dans quelques années, ouvrez l'œil !

Partager l'actualité