Retour aux actualités

18-03-2020 Réseaux de mares 1/2 : des petits écosystèmes en synergie

Réseaux de mares 1/2 : des petits écosystèmes en synergie

Les mares, modestes mais nombreuses...

Les mares sont des petits milieux humides qui remplissent de nombreuses fonctions pour la biodiversité et la gestion de l'eau : habitats, refuges, abreuvement, lieux de stockage et d'épuration de l'eau...

A en voir leur taille, individuellement, on pourrait douter de leur réelle contribution à la biodiversité et à la gestion de l'eau dans les territoires. Toutefois, elles ont la particularité d'être très nombreuses : on estime leur nombre à plus d'une par kilomètre carré en métropole, voire jusqu'à un million de mares en France [1], un chiffre qui montre à lui seul la place clef de ces écosystèmes dans nos territoires.

A titre d'exemple, dans le cadre du programme de préservation des mares MiLeOc, les inventaires participatifs réalisés par les chasseurs dans les départements de l'Aveyron, de la Haute Garonne, du Gers, du Lot, du Tarn et du Tarn-et-Garonne, mettent en évidence une densité moyenne de 0,7 mare par km² (inventaires réalisés sur un total de 215 communes), densité pouvant aller jusqu'à 1,5 mares par km² sur certains territoires.

Cette abondance permet à des mares d'être suffisamment proches les unes des autres pour développer des échanges. Elles forment ainsi des réseaux de mares.

Légende de l'image d'en-tête : Illustration d'un réseau de mares identifié dans le cadre du programme de restauration MILEOC. Le réseau de mares (en turquoise) s'étend autour des mares et à travers les éléments de la trame verte (haies, lisières) et de la trame bleue (cours d'eau). Ces éléments linéaires facilitent le passage d'animaux entre mares. (Données sources : inventaires FDC32, Bases de données IGN).

[1] Source : Zones Humides Infos (2013) « Mares et réseaux de mares ». n° 80-81

Qu'est-ce qu'un réseau de mares ?

Un réseau de mares est constitué :

  • De mares. De profils très divers, elles servent de réservoirs de biodiversité, et assurent de nombreuses fonctions hydrologiques.
  • D'éléments paysagers qui relient ces mares (haies champêtres, fossés, lisières, petits cours d'eau, ...). Ils facilitent les échanges de biodiversité entre les nœuds et ont leurs propres fonctions hydrologiques.

Les réseaux de mares contribuent à la Trame verte et bleue : ils forment une partie des continuités écologiques permettant la circulation des espèces et favorisant le bon état écologique des masses d'eau.

A quoi servent les réseaux de mares ?

La mise en réseau des mares, des haies, des lisières et des cours d'eau permet à la fois une meilleure complémentarité entre ces éléments, ainsi que l'émergence de nouvelles fonctions. Plus un réseau de mares est dense, plus les fonctions qui y sont associées sont importantes.

Dans la gestion de la biodiversité, les réseaux de mares sont cruciaux pour le développement et la survie de certaines espèces : grenouilles, crapauds, tritons et salamandres, sont étroitement liés à l'eau, et se servent de ces réseaux pour évoluer dans les territoires. Il en est de même pour de nombreuses plantes et insectes.

Colonisation_reseau_de_mares
Colonisation_reseau_de_mares

Légende : Illustration de l'évolution d'une espèce dans un réseau de mares. D'abord présente sur la mare 1, la salamandre tachetée peut coloniser les autres mares en utilisant les corridors écologiques à sa disposition : haies et fossés. Les fossés lui permettent d'ailleurs de traverser la route, un obstacle mortel pour les amphibiens. Au fur et à mesure que de nouvelles mares sont colonisées, des échanges se poursuivent dans les deux sens entre les mares. Montage réalisé par la FRC Occitanie.

 En cas de perturbation temporaire menant à la disparition d'une espèce localement (par exemple lors d'une sècheresse intense), le réseau permet une recolonisation rapide à partir des mares dans lesquelles l'espèce a pu se réfugier.

En parallèle des enjeux écologiques, les réseaux de mares ont aussi un impact sur le réseau hydrologique. Plus un réseau de mares est dense, plus l'eau y circulant peut être facilement stockée et restituée au territoire pendant les épisodes secs. Le passage de l'eau à travers plusieurs mares permet aussi une meilleure épuration de l'eau grâce aux plantes aquatiques.

Au regard de ces enjeux, dans le cadre du projet de restauration MILEOC, les mares dégradées appartenant à un réseau sont priorisées, lors de la sélection des mares à restaurer (cliquer ici pour voir l'article)

---

A l'initiative des Fédérations des Chasseurs, le projet MiLeOc vise à connaitre, à sauvegarder et à restaurer les Milieux Lentiques d'Occitanie, c'est-à-dire les écosystèmes d'eau douce à renouvellement lent (mares, étangs, marais ...)

Logos projet MiLeOc
undefined

Partager l'actualité