Retour aux actualités

15-03-2019 Prévention des dégâts ...

Prévention des dégâts ...

Comment prévenir les dégâts sur les cultures ? 

Des solutions de prévention et de protection existent. Toutefois la réussite des mesures mises en œuvre nécessite une collaboration entre tous les acteurs.

Répulsif

La fédération propose aux agriculteurs l'utilisation d'un répulsif le : PNF19 (un mélange à base d'épices à mélanger aux semences ; peut être utilisé en agriculture biologique). Ce répulsif est commercialisé pour protéger des dégâts contre les sangliers et les corvidés (en 2017, ce sont plus de 700 ha qui ont été protégés). 

Coût : 15 euros/flacon (1 flacon permet de protéger entre 1 et 2 ha).

Clôture

La pose d'une clôture électrique reste le moyen le plus efficace en matière de prévention des dégâts. Ce dispositif est fortement conseillé pour les cultures à forte valeur ajoutée. (Possibilité d'aide de la Fédération des Chasseurs).

Régulation à tir des corvidés

La régulation à tir des corvidés est une solution efficace pour limiter les dégâts. Elle impose néanmoins une bonne connaissance de la réglementation et requiert une certaine technicité. A noter, la fédération propose des formations, la prochaine aura lieu le samedi 18 mai 2019 à Aussos (pour vous inscrire contactez la fédération).   

Pour rappel : les corneilles peuvent être détruites du 1er avril au 31 juillet sur autorisation individuelle délivrée par le préfet.

Formulaire de demande d'autorisation

Maintien d'une pression de chasse

Le sanglier peut être chassé sur l'ensemble du département à partir du 1er juin et jusqu'au 28 février en battue, à l'affût et à l'approche, le tout sous la responsabilité du détenteur du droit de chasse ou de son délégué.

Le sanglier peut être détruit à tir  (battue / approche / affût)   entre le 1er mars et le 31 mars 2019 sur l'ensemble du département du Gers. La destruction à tir par arme à feu ou par tir à l'arc peut s'effectuer de jour, par le détenteur du droit de destruction ou son délégué, titulaire du permis de chasser validé pour l'année en cours.

Agrainage dissuasif

"Seul l'agrainage du grand gibier à titre dissuasif est autorisé, dans des conditions suivantes :

  • Seul est autorisé l'agrainage de dissuasion, pour une durée maximale de quatre mois, à compter du 15 mars au 15 juillet de l'année en cours. Ces dispositifs d'agrainage de dissuasion destinés à protéger les cultures contre les populations de sangliers pourront être mises en place à l'échelle du territoire de chasse. Ces dispositifs d'agrainages devront être agréés ; leur gestion est déléguée à la fédération départementale des chasseurs du Gers
  • Toute personne physique ou morale, détentrice du droit de chasse, souhaitant obtenir un agrément annuel pour pratiquer l'agrainage dissuasif du sanglier doit en faire la déclaration à la FDC 32 accompagnée d'une carte au 1/25 000 ième sur laquelle sera identifiée la zone d'agrainage en accord avec le technicien du secteur et le responsable du territoire et accompagnée d'une autorisation écrite du ou des propriétaire (s) des lieux. Sans réponse de la FDC 32 sous quinze jours, la demande est réputée acceptée et une copie est adressée au chef du service départemental de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage.
  • L'agrainage des populations de sanglier n'est possible qu'au-delà d'une distance de 50 mètres par rapport aux parcelles agricoles à protéger et des routes avoisinantes. L'implantation d'un poste d'agrainage devra être dûment justifiée par la proximité de cultures à risque et faire l'objet d'un agrément selon les conditions définies ci avant.Les modes opératoires retenus pour les systèmes d'agrainage dissuasif sont les suivants : soit à épandage linéaire à la volée ou à la trainée, soit à poste fixe à l'aide d'agrainoirs automatiques à quantité programmée et assurant une dispersion suffisante des aliments. Les agrainoirs seront réglés pour entrer en fonction à raison de deux fois par nuit maximum. Tout autre mode de distribution d'aliments à volonté (auges, trémies, etc..), ainsi que les dépôts massifs d'aliments sont strictement interdits.
  • Seuls sont autorisés les aliments végétaux naturels ou cultivés et non transformés (céréales, maïs, pois, fruits, légumes et tubercules). Tout autre aliment transformé d'origine carnée ou non (cru ou cuisiné), y compris le poisson et les eaux grasses, est strictement interdit."

Extrait du SDGC 

Partager l'actualité