MiLeOc, connaître et restaurer les milieux humides

MiLeOc est un projet régional, conduit et animé par les Fédérations des Chasseurs. Ce projet est soutenu par l'Europe, l'Agence de l'Eau Adour-Garonne et la Région Occitanie dans le cadre de la mise en œuvre du Schéma Régional de Cohérence Ecologique.

Le projet MiLeOc vise la connaissance et la remise en état des Milieux Lentiques en Occitanie, c'est-à-dire des écosystèmes d'eaux calmes à renouvellement lent (mares, lacs, étangs, marais, etc.) et autres milieux dits humides tel que les tourbières ou les prairies humides.

En 2017, ce projet est mis en place au sein de 6 Fédérations départementales des Chasseurs : Aveyron, Gers, Haute-Garonne, Lot, Tarn, Tarn-et-Garonne. Il est réalisé en partenariat avec le CPIE Quercy-Garonne et le CPIE pays tarnais, l'ADASEA du Gers et l'Adasea.d’Oc.

Restauration de mare dans le Gers
Restauration de mare dans le Gers

Restaurons les réservoirs de biodiversité de nos territoires

undefined

undefined

undefined
Logo partenaires mileoc

Accompagner les usagers de la nature dans la restauration du paysage rural

Basé sur une démarche participative, le projet MILEOC poursuit plusieurs objectifs :

Mare
Formation restauration mare

- Sensibiliser les acteurs locaux (chasseurs, agriculteurs, élus, habitants) aux enjeux écologiques de leurs territoires.

- Améliorer les connaissances sur les milieux humides à travers un recensement par les chasseurs, experts de leurs territoires.

- Proposer des solutions techniques pour restaurer les milieux humides prioritaires des territoires cibles.

- Soutenir les gestionnaires dans la mise en oeuvre d'actions de restauration ou d'amélioration des pratiques de gestion au bénéfice de la biodiversité.

Le projet a permis de recenser 1739 mares et 115 plans d'eau plus étendus sur près de 141communes, avec l'aide des adhérents locaux des Fédérations des Chasseurs. Ces recensements, priorisations et diagnostics de milieux humides permettent d'élaborer, pour chaque milieu, des plans de restauration ou de gestion. Dans le cadre de ces projets, 90 mares ont fait l'objet d'une restauration.

Conduire des actions de restauration et de sensibilisation

Ce projet entend répondre aux enjeux de la sous-trame milieux humides du Schéma Régional de Cohérence Ecologique à l'échelle locale en renforçant ou en réhabilitant les milieux humides, essentiels à l'accueil de la faune et la flore sauvages.

Travaux de restauration d'une mare
Travaux de restauration d'une mare

Pour ce faire, des actions de restauration sont actuellement engagées par les Fédérations des Chasseurs, en concertation avec les acteurs locaux pour :

- Rendre aux milieux humides leurs fonctionnalités hydrologiques et d'accueil de la biodiversité par la réalisation de travaux de restauration,

- Appuyer et conseiller les communes ou les particuliers dans la gestion de ces milieux,

- Réaliser des animations et des chantiers participatifs de restauration de mares.

Evaluer les résultats et communiquer

L'évaluation des actions conduites est importante afin de mesurer les résultats obtenus et en tirer les enseignements pour améliorer la conduite des projets.

Suivi par piège photo
Suivi par piège photo

Cette évaluation se déroule sous la forme d'inventaires faunistiques et floristiques réalisés par les Fédérations des Chasseurs et leurs partenaires : le CPIE Quercy-Garonne (82), le CPIE pays tarnais (81), l'ADASEA du Gers (32) et l'Adasea.d'Oc (46).

Une première phase de relevés réalisée en amont des restaurations permet de collecter des données sur l'état initial écologique des mares. Ainsi, les amphibiens, les odonates (libellules, demoiselles) et les végétaux ont été recensés par le biais de protocoles de suivi. Des pièges photographiques sont également mis en place sur certaines mares pour en connaître la fréquentation par les grands mammifères et les oiseaux.

Une seconde phase de relevés est réalisée après travaux afin de comparer les richesses spécifiques et l'abondance de ces milieux et ainsi valider l'impact positif des aménagements pour la biodiversité.

Des bilans de l'impact social du projet sont également réalisés auprès des gestionnaires de milieux et des acteurs du projet.

A ce jour, des bilans de projet ont été rendus pour les territoires du Volvestre (Haute-Garonne) et du Quecy-Rouergue (Tarn-et-Garonne).